Partagez|

Liam || We are the leaders of the not coming back's

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
FONDATEUR Ψ Etudiant


Crédits : ©doo
Shawarmas : 108
Messages : 290
Célébrité : Matthew Daddario
Age : 27
Statut : Célibataire
Mon pouvoir : Apprentissage instantané
Un petit quelque chose :


Ψ Président des Kappa Alpha Psi Ψ

Ψ Ma fiche Ψ



MessageSujet: Liam || We are the leaders of the not coming back's Sam 9 Jan - 22:23

Liam Jason Carragher

   
Un grand pouvoir implique de bien en abuser.

     
Qui je suis

+ Featuring:
Matthew Daddario
+ Date et lieu de naissance:
16 Juillet à New York   
+ Métier/études:
Étudiant en psychologie 
+ Anecdotes:
Il fait connerie sur connerie. Ψ Il est accro au café. Ψ Il boit des quantités inimaginables d'alcool. Ψ Il adore faire la fête. Ψ Il a des origines italiennes. Ψ Il passe son temps à draguer ou à faire le con... Ou à draguer encore... Ψ Il ferait n'importe quoi pour une personne à qui il tient. Ψ Son passe temps favori: faire chier le monde. Ψ Il donne l'impression de se sentir supérieur aux autres mais ce n'est pas le cas, il s'en fiche. Ψ D'ailleurs il se fout de quasiment tout. Ψ Il s'attire étonnement beaucoup d'emmerdes. Ψ Si vous le voyez tout calme et silencieux, c'est vraiment mauvais signe.

passe ta souris si tu veux en savoir plus
Surnom: LiamAge: 24 AnsOrientation sexuelle: HétérosexuelSituation amoureuse: CélibataireGroupe: Héros
DERRIÈRE L’ÉCRAN: Je m'appelle xDoun et j'ai 24 ans. Vous pouvez donc vous en douter, je suis un garçon. J'ai connu le forum grâce à sérieusement ? et je le trouve huhu génial bien sûr ♥. Mon personnage est un inventé.


en savoir un peu plus sur moi

       
+ Je pense donc je suis

      Fêtard Ψ Dragueur Ψ Beau parleur Ψ Emmerdeur de première Ψ Loyal Ψ Généreux Ψ Toujours là pour ses amis Ψ Charismatique Ψ Leader Ψ N'a aucune limite Ψ Je m'en foutiste

     Liam est un jeune homme qui profite de la vie à sa manière. C'est un déconneur de première. Il adore être au centre de l'attention pour amuser la galerie et attirer les regards. Les conneries ça le connait... Il les accumule depuis toujours et pour ça il ne connait pas la moindre limite.

    C'est aussi un grand séducteur, il adore courir après les femmes et les conquérir le temps d'une nuit. Avec lui il n'y a jamais de lendemain, il vit au jour le jour et fuit les responsabilités comme la peste.

    C'est pourtant un ami fidèle et loyal sur qui l'on peut toujours compter. Il tient toujours une promesse faite à une personne à laquelle il est attaché. Il leur offre tout sans compter, derrière ses airs de sale enfoiré, ses véritables amis savent qu'ils peuvent tout lui confier.

    Par ailleurs les seules responsabilités qu'il assume sont celles de son rôle de président des Kappa Alpha Psi. Il les considère comme sa véritable famille et n'a jamais failli à ses obligations envers eux. La famille passe avant tout.

     
+ Ce qui fait de moi un être exceptionnel

    Liam possède un don d'apprentissage instantané. Il est capable d'assimiler des connaissances en un rien de temps. Il retient tout ce qu'il lit ou voit et peut comprendre en une poignée de secondes des lois de physique, le fonctionnement d'un appareil, la meilleure stratégie pour marquer au football ou à la crosse... etc. Dommage qu'il soit le pire branleur de l'univers...

     
     
   
Code:
[color=#CC5C5C]Ψ[/color] Matthew Daddario → Liam J. Carragher
   

     
© Nalex


Dernière édition par Liam J. Carragher le Dim 15 Mai - 2:08, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
FONDATEUR Ψ Etudiant


Crédits : ©doo
Shawarmas : 108
Messages : 290
Célébrité : Matthew Daddario
Age : 27
Statut : Célibataire
Mon pouvoir : Apprentissage instantané
Un petit quelque chose :


Ψ Président des Kappa Alpha Psi Ψ

Ψ Ma fiche Ψ



MessageSujet: Re: Liam || We are the leaders of the not coming back's Sam 9 Jan - 22:23

Mon Histoire




   
Kappa Alpha Psi pour la vie !

         
+ Story of my life

- Regarde ça, j'ai trouvé l'album du pire trou du cul du monde sur l'armoire.
- Sérieux ? Qu'est-ce que ton album de photos fait chez mes vieux ?


_____________

- T'avais quel âge là-dessus ?
- Je sais pas... Quatre ans.
- Quatre ans et déjà beau gosse. Sale précoce.


Photo de famille de mes quatre ans. Enfin photo de famille... On y voyait ma chère tête blonde, habillé avec la salopette dégueulasse que ma grand-mère trouvait mignonne. Ma mère me tenait sur ses genoux, elle ne me regardait même pas, trop occupée à gueuler sur mon père qui se barrait de la pièce pour ne pas finir sur le cliché. On voyait tout juste le bout de son coude dépasser sur l'objectif. "Vas te faire foutre avec tes souvenirs à la con !" gueulait-il sur ma mère, ou une amabilité du même genre avant d'ajouter à mon attention "de toute façon t'es qu'un accident". Il me le répétait une bonne dizaine de fois par semaine. Il m'aura fallu du temps pour en comprendre la signification. Je crois que j'étais plus dans le déni qu'autre chose. J'ai appris à faire avec.

_____________

- C'est quoi ce costume horrible ?
- Celui là c'est une idée de ma mère...
- Elle est pas créatrice de mode ?
- Tu vois qu'elle ne m'aime pas...


Mes parents avaient une petite fortune - OK, une grande fortune. Pour tout avouer je suis le fils d'un avocat renommé et ma mère travaille pour une grande entreprise de mode. Depuis mon plus jeune âge j'ai appris que tout ce que je désirais je pouvais l'obtenir en claquant des doigts. C'est la petite compensation pour avoir des parents qui m'ignoraient royalement. Plus ils m'occupaient avec des jouets, moins ils avaient à se soucier de moi. Je crois que c'était aussi leur purgatoire. Ils avaient l'impression de se faire pardonner de m'avoir conçu et d'être aussi indifférent à mon égard depuis ma naissance en m'achetant avec leur argent. Ca doit être la seule raison pour laquelle j'ai toujours un compte en banque à mon nom aux ressources si élevées.

_____________

- Dae et Ness sont vraiment sexy !
- T'es dégueu, elles ont genre huit ans sur la photo là !
- Bah...
- Merde mais t'as raison c'est vrai qu'elles sont sexy...
- ...
- Ta gueule.


Je les ai rencontrées par le biais de ma mère - peut être la seule chose positive qu'elle ait fait pour moi. Ma mère travaillait dans l'entreprise de la leur et l'on se connait donc depuis toujours. Depuis la naissance de Daenarylis, la plus grande des deux, nos mères se fréquentèrent plus souvent. Dès que nous fûmes un peu plus âgés, elles nous emmenèrent même à leur travail pour nous garder tous ensemble. Et dès l'instant où elles ne faisaient plus attention à nous, nous nous éclipsions pour faire toutes les bêtises imaginables. Nous étions destinés à être les meilleurs amis du monde, le contact s'était fait tout naturellement en grandissant, nous étions très proches et surtout nous avions la même adoration pour les âneries. Je me souviens les avoir pris par la main pour les entrainer avec moi et en une journée nous avions pourri la vie d'une bonne dizaine d'employés de leur mère (la mienne y compris ! Vengeance !). Nous sommes devenus et restés inséparables. Comme si nous étions trois frères et sœurs.

_____________

- Ta mère a vraiment pris ton bulletin scolaire en photo ?
- C'est un collector celui-là, la seule fois de ma vie où j'ai eu trois notes au-dessus de la moyenne.
- Le sport, la musique et l'art plastique, ça ne compte pas.
- Bon oublie les notes au-dessus de la moyenne alors...


L'école n'était pas faite pour moi. Et je n'étais pas fait pour l'école. C'était d'une réciprocité sans faille. J'avais la réputation d'être un parfait branleur et emmerdeur (mais je n'y suis pour rien, je suis innocent dans l'histoire ; une victime). Les professeurs convoquaient mes parents, mes parents prétendaient qu'ils avaient les choses en main et qu'il y aurait du changement et le temps de rentrer à la maison tout le monde avait déjà oublié ce qu'il venait de se passer. J'aimais quand mes parents se désintéressaient de mes conneries. Ça m'encourageait à repousser les limites, puisque je ne risquais rien... Ça expliquerait beaucoup de choses. Déjà à cette époque j'avais besoin d'être au centre de l'attention. J'étais un amuseur de première, toujours à faire l'idiot pour faire marrer les autres élèves, pourrir la vie à ceux qui me faisaient concurrence, défier l'autorité, plaire aux filles de l'école... Du moi tout craché.


_____________

- T'as l'air d'avoir vu un fantôme sur celle-là !
- Pire, j'ai rencontré Wolverine.
- Tu déconnes ?!
- Il a voulu m'empaler les parties génitales.
- Putin tu déconnes pas !


Je ne pourrais jamais oublier cette mésaventure. Je savais que Dae n'était pas une enfant comme les autres. Depuis toute petite elle entendait des voix dans sa tête et si beaucoup de gens se contentaient de l'ignorer ou de la qualifier de folle, ce n'était pas mon cas. Je l'avais souvent aidé à se contrôler pour faire taire ces voix qui la hantaient. Jamais je ne l'avais cru folle. Puis, plus tard se fut au tour d'Athénaïs d'être confronté à des évènements surnaturels. Il n'était plus possible de nier l'évidence, mes meilleures amies n'étaient pas des jeune filles comme les autres. Leurs parents durent l'accepter aussi et les envoyèrent dans l'institut Charles Xavier pour y apprendre à maîtriser leur don. Vous réalisez, mes deux amies de toujours étaient en fait des mutantes. Et l'on allait être séparés... Je ne supportais pas cette idée.

La première semaine, je me contentais de faire la tête au monde entier. La deuxième, je décidais que ça n'allait pas se passer comme ça. Du haut de mes seize ans, je n'étais pas d'accord que mes deux sœurs de cœur soient exilées loin de moi dans une école pour mutants. Je fis le mur pour aller les rejoindre. Bah quoi, c'était juste une école comme une autre, pas un complexe militaire... J'avais tout juste eu le temps d'escalader le portail qu'une boule de nerfs et de muscles me plaqua contre les briques et me menaça de ses griffes. "Un geste, un seul, et tu peux dire adieu à tes couilles". (Hahaha t'as du avoir la peur de ta vie. - Rigole pas... Les couilles c'est sacré.).

_____________

- Et c'est la que t'as rencontré le plus beau !
- Je suis jaloux, regarde ta gueule d'amour.
- T'es pas mal non plus dans ton genre, faut dire.
- Arrête Mickey, je ne t'arrive pas à la cheville.
- C'est moi qui ne t'arrive pas à la cheville.
- ...


Suite au départ de mes meilleures amies, je ne tins qu'un mois dans mon ancienne école avant de m'en faire virer. Mes conneries devinrent de plus en plus ambitieuses. J'étais un vrai petit con, il fallait l'avouer. Provocations, bagarres à tout va... J'emmerdais le monde entier, je cumulais les avertissements et les blâmes jusqu'à l'inévitable convocation de mes parents. Je les avais attendus sur une chaise devant le bureau du proviseur. En sortant de là, mon père me lança un regard noir accompagné d'un exécrable: "petit merdeux". Mouais, je l'avais peut être mérité celui-là. Quoi qu'il en soit, mes parents n'eurent d'autre possibilité que de me trouver un autre lycée où finirent mes études et c'est là que je rencontrai Mickaël.

Ce gars là était un don du ciel. Nous étions des jumeaux cosmiques, ou quelque chose dans ce genre. La première fois que je le vis, il parlait fort, déblatérait un tas d'âneries et courait après des nanas jusqu'à en épuiser leur patience. On aurait dit moi. J'avais l'impression de me voir dans un miroir. Immédiatement je vins à son secours, comme si je le connaissais déjà et je l'aidai à rattraper le coup, à conclure son affaire. Notre amitié était scellée. Comme si c'était écrit. Avec le temps nous devinrent les meilleurs complices du monde. L'un n'allait pas sans l'autre. Personne ne pouvait s'en prendre à l'un de nous sans subir de lourdes représailles. Nous découvrîmes que nous avions tous les deux aussi peu de considération pour l'autorité, la déontologie et les limites et cette découverte nous poussa à explorer les limites des pires conneries imaginables. Et lorsque Mickey découvrit son pouvoir lui permettant d'effacer les souvenirs immédiats d'une personne... Il fallait que nous essayons ça !

Premier exemple:

- Salut, moi c'est Liam et voilà mon ami Mickey.
- Salut. Allison. Pas intéressée.


BAM. Un mur. On se concertait du regard avec Mickaël et il me fit signe de la tête d'y aller. Il venait d'effacer les dix dernières secondes.

- Hey Allison ! C'est vraiment toi, j'y crois pas !
- Euh... Salut. On se connait ?
- Ouais Liam ! Du collège ! Sérieux tu te souviens pas ? On était dans la même classe pendant genre trois ans ! Wow t'as pas changé Al', toujours aussi jolie.
- Désolé tu te trompes de personne. J'étais tout sauf attirante au collège alors te fous pas de moi.


Je donnais un coup de coude à mon complice qui refit usage de son don.

- Ouais Liam ! Du collège ! Sérieux tu te souviens pas ? Moi non plus j'ai failli pas te reconnaître, t'as tellement changé ! T'es devenue magnifique, sérieux t'es plus la même !

Elle paraissait surprise mais déjà plus accessible, je tentai ma chance:

- Ça te dirait qu'on prenne un verre ensemble pour parler du bon vieux temps ?
- Ouais pourquoi pas.


Je tapai discrètement dans la main de Mickey. Mission accomplie.


Deuxième exemple:

- Salut Liam tu te souviens de moi ?

AIE ! QUESTION PIEGE !

- Heeey ! Mais oui bien sûr... Elena ?

VLAN ! La claque partit aussitôt. Je lus à son air hébété que Mickaël venait d'effacer cette scène.

- Heeey ! Mais oui bien sûr... Sarah ?

VLAN ! Une deuxième ! Et merde mais c'était quoi son foutu nom ? Troisième tentative.

- Heeey... Mais oui bien sûr... Hannah... ?

Je serrai la mâchoire mais elle m'offrit un sourire charmeur et satisfait.

- T'oublieras pas de m'appeler.
- Aucun risque que je ne t'oublie.


Petit clin d'œil complice. Elle se barrait enfin. Je fis un check de remerciement à Mickey qui se foutait de ma gueule en me frottant la joue. Aïe...

Je vous épargne toutes les autres fois. Sachez juste que nous avons abusé et abusé de ce pouvoir... Un peu comme la fois où nous nous étions embrassés pour voir qui s'y prenait le mieux et qu'une nana du lycée nous avait surpris... Mickey avait tout juste eu le temps d'effacer sa mémoire avant qu'elle ne hurle aux autres élèves ce qu'elle avait vu.

- Le meilleur baiser de ma vie, mec.
- Le mien aussi, t'embrasse comme un Dieu.
- J'en avais des frissons, sérieux.
- Je m'en souviens encore. Jamais personne ne m'a embrassé comme ça.
- Oh ouais...
- Cette conversation n'a jamais eu lieu.
- De quoi tu parles ?


Oh ça va, faites pas comme si vous n'aviez jamais voulu tenter des expériences ! Les concours de qui à la plus grosse et mater les films pornos entre mecs, tout le monde fait ça... non ? Boaaah laissez tomber. Mickey et moi on n'est pas tout le monde. Depuis toujours on se soutient. On n'a jamais été comme tous ces amis qui se font des sales coups entre eux pour se marrer. Entre nous c'est plutôt à la vie à la mort. Toujours à se soutenir et se défendre, à s'allier pour justifier nos conneries, pourrir la vie des autres ou draguer des filles. Des jumeaux cosmiques, je vous dis.

_____________

- Oh ! Notre première fois au commissariat ! Faut que je la prenne en photo, c'est un super souvenir !
- On avait fait quoi déjà ?
- On avait pété la vitrine d'un magasin en jouant à qui lance des bouteilles de bière le plus loin.
- On était déjà si cons à l'époque.
- On était bourrés.
- ...
- On était bourrés et cons.


Après un coup de fil à mon père, nous étions dehors. Mon père fit jouer de ses relations et de son statut d'avocat pour nous faire sortir de là. Il se débrouilla même pour étouffer l'affaire pour ne pas salir son nom. Je m'attendais à me prendre enfin la déculottée de ma vie et devinez quoi... Mon père n'en avait strictement rien à faire. Je crois qu'il avait déjà abandonné depuis longtemps. Avec Mickey on s'échangea un regard qu'on était les seuls à comprendre. Le genre de regard qui signifie "oh mec, ça va être le bordel." On avait un ticket de sortie gratuit pour toutes les fois où l'on se faisait prendre. Pas de retombée. Pas de conséquence. Juste mon père déprimé et je m'en foutiste qui promettait aux flics de nous mettre une raclée dont on se souviendrait puis qui nous lâchait sur le trottoir au coin de la rue en me disant qu'il aurait aimé ne jamais me connaître. Ça fallait y réfléchir avant que ta capote ne lâche, mon vieux.

Avec Mickey on a enchainé les conneries de plus grandes envergures suite à ça. On avait l'impression d'être intouchables. Immunisés. Organiser une fête en pleine nuit dans une piscine privative fermée ? Check. Kidnapper le chien du voisin pour en faire la mascotte d'une soirée échangiste ? Check. Garer la voiture du dirlo devant une maison close ? Check. On a enchainé les allers et venues au commissariat, entre deux fêtes, sorties en boîte de nuit ou au bar... On n'était pas des mauvais bougres. Juste des abrutis qui voulaient s'amuser et qui étaient beaucoup trop souvent bourrés ou shootés. Mais ça ne nous dérangeait pas vraiment. A vrai dire tant qu'on s'éclatait le reste importait peu.

_____________

- Le selfie avec Miss Marvel ! Je suis tellement jaloux !
- Elle est trop bonne. Sérieux je veux l'épouser.
- Je veux être ton témoin.
- Je te présenterai toutes ses copines super-héroïques méga sexy.
- Je veux un rencard avec Spider-Woman.
- Vendu.

*Check*

C'était une sortie scolaire comme une autre. Mickey était malade, c'était particulièrement chiant. Tout heureux de n'avoir qu'un seul des deux bouffons à surveiller, le prof m'avait placé à côté de lui dans le bus pour éviter que je n'y foute le bordel. A chacune de mes tentatives pour me distraire, j'avais le droit à un coup de porte-document derrière la tête. Meurs enfoiré ! Je ne croyais pas si bien dire... Tout se produisit en une fraction de secondes. Le conducteur du car freina brutalement. Un camion sortit de nul part nous barrait la route. Des types en tenues jaunes ridicules sortirent de tous les côtés. Ils collèrent une balle dans le front du chauffeur et de mon prof avant de lancer une espèce de grenade à l'intérieur du véhicule. L'instant d'après nous tombions tous dans les vapes.

Je ne le sus que plus tard mais je venais de me faire enlever par l'A.I.M., une organisation terroriste comprenant en son sein de brillants scientifiques. Ils avaient besoin de cobayes pour des expériences de manipulation génétique. De jeunes cobayes en bonne santé. Et nous avions été leur première cible. J'étais installé sur une table d'opération, relié à des tas de bidules informatiques. Je le sais car je me réveillais de temps en temps, lorsque l'anesthésie ne faisait plus effet. J'entendais alors des brides de conversation, des mots, des bouts de phrases: "canaux synaptiques... matière grise... sérum mutagène... Il se réveille, shootez le." Puis plus rien.

Lorsque j'émergeai à nouveau, Miss Marvel se tenait à côté de moi. Vous réalisez ?! Les Avengers étaient venus nous sortir de là, alertés je ne sais comment de notre disparition et Miss Marvel en personne s'inquiétait de mon état. Je clignais plusieurs fois des paupières pour être sûr de ne pas rêver.

- Wow, vous êtes encore plus canon en vrai.

L'on m'amena à la tour des Quatre Fantastiques où je subis tout un tas d'examen sous l'œil expert de Red Richards et de Tony Stark. Red me fit passer sous les yeux des tas de théorèmes mathématiques incompréhensibles et je soupirai en répétant encore et encore que je ne comprenais rien. Puis il finit par me mettre face à une équation digne d'un film de science-fiction. C'était quoi son problème ?! Je n'étais pas foutu de retenir une poésie depuis l'école primaire et maintenant il me prenait pour un génie scientifique. "Essaie quand même." insistait-il. Je haussais les épaules et je posais le feutre sur le tableau. Un éclair illumina mon esprit et je sus. Je ne pourrais pas l'expliquer autrement. C'est comme si j'avais reçu une intraveineuse de connaissances. Tout me semblait limpide, je savais quoi faire, je connaissais toutes les formules, tous les calculs. J'écrivais d'une main assurée le résultat. j'étais sûr de moi. "J'y crois pas" marmonnait Tony dans mon dos. "Regarde son dossier" rajouta M. Fantastique "on dirait toi en plus jeune, Tony."

- Et moi ? Qu'est-ce que je deviens dans tout ça ?

Ils semblèrent désemparés par ma question mais finirent par répondre:

- Tu pourrais être un génie ou même menacer la sécurité nationale en tombant sur les mauvaises choses mais t'es juste un petit branleur... Reprends ta vie comme elle était. Redeviens qui tu étais. Et si un jour tu grandis, on avisera à ce moment là.

Je hochais la tête et je quittai le laboratoire en courant demander à Susan Richards si on pouvait faire une photo ensemble. J'entendis une dernière phrase de Tony en quittant la pièce:

- Il faudrait quand même qu'on fasse quelque chose pour tous ces jeunes, un jour...

_____________

- J'adore cette photo.
- Moi aussi. Elle est trop classe.
- Kappa Alpha Psi pour la vie, mon pote.
- La meilleure famille du monde.


J'avais entendu parler de cette fameuse académie qui venait d'ouvrir. Comment aurai-je pu louper la nouvelle ? Tous les médias n'avaient que ce nom là à la bouche: Heroes Academy. Pour tout vous avouer, je ne me sentais pas vraiment concerné au début mais mes parents reçurent un lettre de Tony Stark m'invitant à rejoindre son école pour apprendre à mettre mon don à profit. Mes parents m'expliquèrent avec leurs mots à eux que c'était une chance à saisir, que j'allais enfin pouvoir donner un sens à ma vie mais je lisais entre les lignes et comprenais "on va enfin se débarrasser de toi, petit ingrat profiteur". Quoi qu'il en soit, j'étais bien heureux de pouvoir m'échapper de la maison de mes vieux. C'était une chance pour tout le monde.

A l'académie je pris mes marques à ma manière. Il fallait que la terre entière sache que j'étais de la partie et j'étais bien décidé à en faire la démonstration. Devenir étudiant à la Heroes Academy ne ferait pas de moi un garçon plus responsable que celui que j'étais avant et mes principales préoccupations restèrent: les potes, les filles, l'alcool, la fête. Un fabuleux programme. Je postulais pour rejoindre la fraternité des Kappa Alpha Psi. L'école venait tout juste d'ouvrir et tous les postes étaient disponibles pour les maisons. Je me fis ma place dans cette nouvelle fraternité et je finis par en obtenir la direction. Vous imaginez ? Moi en tant que président des Kappa Alpha ? Ooooh personne n'allait s'y ennuyer, vous pouvez me croire sur parole !

Et pour me combler jusqu'au bout, Mickey eut naturellement une place à l'école, puisqu'il était un mutant mais aussi mes deux meilleures amies, Ness et Dae, que je ne voyais plus régulièrement depuis des années. Nous étions enfin réunis et nos retrouvailles se firent chaleureuses et joyeuses. Comme si nous ne nous étions jamais quittés. Une amitié des plus fusionnelles s'installa entre nous quatre et nous devinrent une bande de quatre amis inséparables. Mickey était mon meilleur complice, mon jumeau cosmique, mon autre moi. Athénaïs était ma sœur cadette, ma protégée, ma complice de drague. Et Dae était ma confidente, mon autre sœur de cœur, une sœur un peu incestueuse si vous voyez ce que je veux dire. Mes trois meilleurs amis. Les personnes les plus importantes de ma vie. Ma famille.

Ensemble nous sommes tous les quatre chez les Kappa Alpha Psi et croyez moi sur parole, avec moi en président la fraternité va connaître des jours inoubliables. On va montrer à tout le monde qui sont les rois du campus et de la Heroes Academy.

     

         
© Nalex
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Liam || We are the leaders of the not coming back's

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Men ki jan 2 kou deta fini ak Haiti/GREAT LEADERS OF THE CENTURY: ARISTIDE, MAN
» Liam L. Gibbs [ Terminé ! ]
» Liam comme dans...Liam !
» Black West Indies Leaders And The American Connection
» (M/LIBRE) LIAM PAYNE.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroes Academy :: Gestion du Personnage :: Student files :: Présentations Validées-